Une loi bizarre en Iran souligne l’importance de la crypto

Selon un membre du parlement iranien, le gouvernement iranien prévoit de forcer bizarrement les femmes à porter le hijab. Si les femmes ne portent pas le hijab, leur compte bancaire sera bloqué après deux avertissements par SMS. Le contrôle financier que les gouvernements autoritaires peuvent mettre en place souligne l’importance d’un bastion financier décentralisé.

Chaos en Iran

La mesure prise par le gouvernement iranien est conforme aux récents développements dans le pays. Depuis Mahsa Amini, une Iranienne décédée le 17 septembre après une arrestation, les tensions dans le pays sont montées d’un cran. La raison de son arrestation était de ne pas porter de hijab. Après les protestations en cours, le gouvernement iranien tente de contrôler le peuple avec cette nouvelle loi bizarre.

Lors de mesures monétaires similaires prises par les gouvernements dans le passé, les gens se sont massivement tournés vers la cryptographie. L’utilisation de pièces cryptographiques offre un moyen de sortir des obstacles financiers des instruments conventionnels. Par exemple, les pays dont les politiques monétaires nuisent au bien-être financier de la population voient souvent une augmentation massive de l’utilisation de la cryptographie.

Une situation similaire s’est produite au Canada en février de cette année. Lors des protestations des agriculteurs, le gouvernement a également procédé au gel des comptes bancaires. Cela a entraîné une augmentation de l’utilisation de la cryptographie. Les manifestants ont utilisé des crypto-monnaies, entre autres, pour collecter des fonds pour les manifestations.

Risque des CBDC

Ceci et le développement actuel en Iran montrent à quel point la cryptographie peut être puissante pour soutenir la liberté financière lorsqu’elle est entravée par les autorités. Il expose également un risque de monnaies numériques de banque centrale (CBDC). Plusieurs pays développent une monnaie nationale numérique basée sur la technologie blockchain. Cependant, selon les détracteurs de la CBDC, ces formes de monnaie constituent une barrière élargie à la liberté financière.

À lire  Le meilleur commerçant de bitcoins qui a prédit un crash est positif sur le prix de solana

Selon les opposants aux CBDC, ces actifs numériques des banques centrales controle total sur les systèmes financiers. Cela permettrait même aux gouvernements de retirer de l’argent s’ils le souhaitent.


Publié

dans

par

Étiquettes :

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *