Régulateur britannique : « Les plateformes cryptographiques facilitent le blanchiment d’argent »

L’anglais Autorité de conduite financière (FCA), le principal régulateur financier du Royaume-Uni, a récemment réprimé l’industrie de la cryptographie. Selon la FCA, de nombreuses plateformes de cryptographie, y compris des échangespour rendre le blanchiment d’argent beaucoup plus facile pour les criminels.

FCA n’aime pas la crypto

Les régulateurs du monde entier observent la disparition de ftx déjà avec méfiance envers l’industrie de la cryptographie. Le drame FTX a une fois de plus montré clairement qu’il reste encore beaucoup à faire en termes de réglementation.

Les régulateurs espèrent tôt ou tard mettre fin à la nature « Far West » de l’industrie et les allégations contre le monde de la cryptographie deviennent de plus en plus féroces. Le dernier exemple en date vient du Royaume-Uni.

Le président de la FCA, Ashley Adler, a informé hier les politiciens du pays que les plates-formes cryptographiques sont largement utilisées à des fins criminelles telles que le blanchiment d’argent, que rapporte le Financial Times. De plus, nombre de ces plateformes tenteraient délibérément de rester hors de portée des régulateurs.

Adler a également déclaré que crypto les entreprises qui veulent s’implanter dans le pays devront travailler assez dur pour cela.

« Notre expérience jusqu’à présent avec les plates-formes cryptographiques, que ce soit FTX ou autres, est qu’elles sont délibérément évasives, elles sont une méthode de blanchiment d’argent à grande échelle. »

Risques de crypto

Selon Adler, il existe également une quantité disproportionnée de risques associés à l’industrie de la cryptographie. Selon lui, c’est parce que la crypto combine de nombreuses disciplines financières différentes, parfois même sur une seule plateforme. Normalement, bon nombre de ces activités sont distinctes, mais dans l’industrie de la cryptographie, tout se rejoint. Cela, selon Adler, est dangereux.

À lire  La croissance des guichets automatiques Bitcoin stagne, effet de marché baissier?

Le fait que la FCA n’aime pas particulièrement la cryptographie ressort également du fait que la plupart des entreprises qui demandent une licence sont rejetées par le régulateur. Pas moins de 80% de toutes ces entreprises ne peuvent pas obtenir de licence de la FCA.


Publié

dans

par

Étiquettes :

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *