Pourquoi la SEC cible Ripple et XRP depuis des années

La bataille juridique entre Ripple et la Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis touche à sa fin. Il ne faudra pas longtemps avant que la juge de service, Analisa Torres, ne rende son verdict sur l’affaire. Pendant ce temps, le journaliste Charles Gasparino se demande pourquoi la SEC se concentre sur Ripple et le jeton XRP, alors qu’il y a une baleine beaucoup plus grosse à gérer avec FTX.

2 raisons pour lesquelles la SEC poursuit Ripple

Selon l’analyse de Gasparino, deux raisons expliquent le choix remarquable de la SEC. La première est que la SEC est convaincue que la direction de Ripple s’est moquée des lois et réglementations financières aux États-Unis. La société a vendu le jeton XRP, alors qu’il était clair à l’avance qu’elle ne faisait pas tout dans les règles de l’art.

De plus, la SEC se sent offensée par Ripple car elle a continué à vendre le jeton XRP, même après que l’organisme de réglementation a demandé à l’entreprise d’arrêter de le faire. Dans le cas d’Ethereum (ETH), c’était une période de vente, puis c’était fait. Ripple a continué à vendre le jeton sur une longue période.

L’expert juridique de Ripple, Stuart Alderoty, n’a pas pu s’empêcher de commenter l’histoire de Gasparino. Selon Alderoty, la SEC est un ensemble de bureaucrates élus non démocratiquement qui abusent de leur pouvoir. « Ils peuvent exercer leur pouvoir sans contrôle et punir les personnes qui ne suivent pas aveuglément leurs ordres », a déclaré Alderoty.

À lire  mauvais temps à venir pour XRP

Nouvelles informations dans le procès XRP

Pendant ce temps, le procès entre la SEC et Ripple Labs se poursuit. Le 4 janvier, le tribunal a reçu plusieurs requêtes, notamment d’une plateforme boursière qui souhaiterait que son nom soit barré dans les documents. De cette manière, la plate-forme d’échange en question espère blanchir son propre nom et ne pas être affectée par ce procès.

On ne sait actuellement pas de quel échange crypto il s’agit, mais il y a plus d’informations dans le post ci-dessus de James Filan. Au passage, la plateforme d’échange n’est pas la seule à vouloir retirer son nom des documents. Plusieurs partenaires et investisseurs de Ripple demandent la même chose au juge.

La date limite pour tous les documents est actuellement le 18 janvier. À cette date, Ripple et la SEC doivent soumettre toutes les réfutations aux requêtes actuellement sur la table. Il ne faudra pas longtemps avant que cette affaire ne se termine enfin.


Publié

dans

par

Étiquettes :

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *