La montagne de la dette américaine déclenchera-t-elle une nouvelle course haussière pour le bitcoin ?

Vous avez sans doute entendu parler de la gigantesque dette publique américaine. Pendant ce temps, la montagne de dettes a atteint le montant stupéfiant de 31,3 billions de dollars. En théorie, bien sûr, l’Amérique peut imprimer des dollars illimités, donc on pourrait penser que ce n’est pas un problème. Cependant, la réalité est différente. Dans cet article, j’explique en détail comment la montagne de dettes et en particulier les frais d’intérêt que l’Amérique doit payer sont un problème croissant.

Les dettes en chiffres

Pour comprendre pourquoi l’Amérique ne peut pas contourner sa montagne de dettes, nous devons jeter un coup d’œil rapide aux chiffres. Ainsi, au moment d’écrire ces lignes, les États-Unis ont une dette de 31,3 billions de dollars. En raison de déficits budgétaires structurels, l’Amérique ajoute actuellement environ 1 000 milliards de dollars par an à cette montagne de dettes.

Le pays paie actuellement environ 400 milliards de dollars sur ces dettes frais d’intérêts.

À l’heure actuelle, les États-Unis profitent encore des taux d’intérêt historiquement bas que nous avons connus au cours de la dernière décennie. Pour cette raison, ils paient relativement peu d’intérêts sur les dettes en termes de pourcentage.

Le problème est que ces taux d’intérêt historiquement bas provoquent actuellement une inflation qui monte en flèche. Pour lutter contre l’inflation, la banque centrale américaine a relevé les taux d’intérêt à un rythme record cette année jusqu’aux 4 % actuels et s’attend à ce qu’ils augmentent éventuellement les taux d’intérêt de 5 à 7 %.

Au fil du temps, cela crée des problèmes pour le gouvernement américain. De plus en plus d’anciennes dettes arrivent à échéance, que le pays doit alors refinancer au taux d’intérêt actuel de 4 %.

Supposons que l’Amérique devra bientôt payer un taux d’intérêt moyen de 3 % sur la montagne totale de dettes de 31,3 milliards de dollars ; puis ils paient annuellement 939 milliards de dollars aux charges d’intérêts.

En comparaison, le pays dépense actuellement 800 milliards de dollars par an pour l’armée américaine. En conséquence, les frais d’intérêt seraient bientôt plus élevés que les coûts annuels pour l’ensemble de l’armée. Lentement mais sûrement, les frais d’intérêts commencent à réduire les budgets américains et c’est là que la douleur entre en jeu.

Le budget sous surveillance

Chaque année, les États-Unis génèrent environ 4,8 billions de dollars de revenus, principalement grâce aux impôts. C’est le budget auquel le gouvernement américain doit faire face.

À lire  Genesis dépose le bilan, Bitvavo répond

À l’heure actuelle, sur ces 4,8 billions de dollars, il dépense environ 3,7 billions de dollars en soins médicaux, en sécurité sociale, etc. De plus, 800 milliards iront à l’armée américaine.

En dessous de la ligne, il reste 300 milliards de dollars. J’ai mentionné plus tôt que le pays dépense actuellement 400 milliards de dollars par an en frais d’intérêts. En fin de compte, cela se traduit par un déficit de 100 milliards de dollars.

Recettes 4,8 trillions – 3,7 trillions – 0,8 trillion = 300 milliards – 400 milliards de charges d’intérêts = 100 milliards de manque à gagner

Le tableau ci-dessous du Congressional Budget Office (CBO) des États-Unis résume bien ce problème. Ce que vous voyez, c’est le déficit public annuel total des États-Unis. La partie violette représente les dépenses régulières (par exemple, les soins de santé et l’armée) et la partie bleue représente les frais d’intérêt.

Image

Le CBO prévoit que le déficit public total augmentera à environ 12 % du budget vers 2051. Un détail important est que pour cette prédiction, ils supposent un scénario dans lequel il n’y a pas de récessions, de crises, de guerres et d’autres méfaits.

Il s’agit donc d’une prévision extrêmement optimiste, dont l’issue est encore dramatique pour les États-Unis. Il semble que les États-Unis soient dans une soi-disant spirale de la dette négative.

Les États-Unis sont aux prises avec un déficit budgétaire structurel -> qui conduit à plus de dette -> qui conduit à un pire ratio dette/revenu -> pour compenser ce risque, les investisseurs veulent des taux d’intérêt plus élevés -> à cause du taux d’intérêt plus élevé , les charges d’intérêt augmentent et le déficit public diminue -> ce qui amène les États-Unis à s’endetter davantage…

Cela crée un cercle vicieux dangereux dont je ne vois plus sortir les États-Unis. Tout ce qu’ils peuvent faire, c’est essayer de reporter la misère aussi longtemps que possible. Cela n’est possible qu’en imprimant de plus en plus d’argent et en gonflant davantage la montagne de dettes… la conséquence ultime est une inflation de plus en plus élevée.

La fuite vers les actifs durables

Cependant, nous ne pouvons pas ignorer le fait que le dollar américain est actuellement la monnaie de réserve mondiale. Cela signifie que la grande majorité de la dette et du commerce mondial est libellée en dollars. De nombreuses personnes doivent payer leurs factures en dollars, ce qui crée une demande « naturelle » de dollars.

À lire  Le président américain Biden veut des règles plus strictes pour la crypto

Cette année, nous avons déjà vu le dollar américain fléchir. Toutes les autres monnaies fiduciaires doivent perdre face au dollar et les actifs à risque tels que le bitcoin et les actions connaissent également des difficultés.

Personnellement, je m’attends à un dernier vol vers les dollars dans les 6 prochains mois – en combinaison avec une récession. Après cela, cependant, la banque centrale américaine DOIT réduire les taux d’intérêt pour lutter contre la récession et pour prévenir que les frais d’intérêts des États-Unis montent en flèche.

Pour cette raison, je pense que l’inflation sera le thème principal des années 1920. En raison de cette dynamique et de la position d’endettement approximative dans laquelle se trouvent actuellement les États-Unis, je choisis de protéger mon portefeuille autant que possible avec des actifs que le gouvernement ne peut pas imprimer.

Une fois que la Réserve fédérale sera forcée de réduire les taux d’intérêt, je m’attends à ce que la fuite vers le dollar américain se transforme en une fuite vers les actifs durables. En théorie, c’est le scénario ultime pour les actifs financiers avec la rareté naturelle du bitcoin et de l’or physique. Les deux sont donc une partie importante de mon portefeuille.

Pensez-vous que c’est cool de lire ce genre d’analyse macroéconomique et géopolitique ? Alors j’ai de bonnes nouvelles pour vous. Chaque semaine, je produis une newsletter gratuite sur ce genre de sujets.

Je termine traditionnellement la newsletter avec un aperçu de mes investissements les plus récents dans les actions, les matières premières, le bitcoin et l’or physique. De cette façon, il reste également un peu transparent.

Vous pouvez me trouver sur ThomDerks.substack.com, vous verrai-je là-bas ?


Publié

dans

par

Étiquettes :

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *