FTX vend quatre sociétés de l’empire FTX

Les avocats représentant le FTX en faillite ont demandé l’autorisation d’un juge américain des faillites pour vendre les filiales japonaises et européennes de la société, la bourse de produits dérivés LedgerX et Embed, une plateforme de négociation d’actions.

Sociétés FTP

La branche japonaise de la société est actuellement à l’arrêt et soumise à des ordres d’amélioration avant de pouvoir reprendre ses activités. En revanche, les licences et les activités de FTX Europe ont été suspendues.

LedgerX semble faire mieux car il a été salué comme une réussite lors de la procédure de mise en faillite de FTX. La société est complètement coupée des autres sociétés et elle disposerait de plus de liquidités que toutes les autres entités FTX réunies.

sous la pression des régulateurs

Les avocats notent dans leur dossier du 15 décembre que chacune de ces sociétés susmentionnées est sous la pression des régulateurs :

« Plus les opérations sont suspendues longtemps, plus le risque que les actifs perdent de la valeur et perdent potentiellement des licences de façon permanente. »

En partie à cause de cela, le juge pourrait être convaincu de la nécessité de vendre ces sociétés de l’empire FTX.

Les avocats ont indiqué que les sociétés en question ont été récemment acquises et exploitées en grande partie indépendamment de FTX, ce qui rendrait le processus de vente potentiel moins complexe. Embed sera la première entreprise à être mise aux enchères, à savoir le 21 février 2023. Après cela, le relais sera passé à LedgerX, qui aura lieu le 7 mars. Les succursales japonaise et européenne seront toutes deux mises aux enchères le 21 mars.

À lire  Gagnez un revenu passif avec Copy Trading

PDG de FTX derrière les barreaux

Plus tôt, vous avez pu lire que l’ex-PDG de FTX, Sam Bankman-Fried (SBF), a été arrêté par la police aux Bahamas. Il est soupçonné d’escroquerie et même de blanchiment d’argent, entre autres.

Sa demande de libération sous caution a ensuite été rejetée par le juge. La demande était fondée sur le fait qu’autrement SBF ne pourrait pas prendre ses médicaments de façon régulière. De plus, il ne serait pas en mesure de gérer son régime végétarien en garde à vue. Le juge ne voulait donc rien avoir à faire avec cela et donc SBF reste derrière les barreaux.


Publié

dans

par

Étiquettes :

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *