60% des Américains considèrent la crypto risquée: enquête

Le monde du bitcoin (BTC) et des crypto-monnaies est encore souvent perçu d’un mauvais œil. La forte volatilité en particulier est l’une des raisons pour lesquelles de nombreuses personnes considèrent qu’investir dans ces nouveaux actifs est trop risqué.

2022 était donc un argument affirmatif pour ce groupe de personnes, puisque le prix du bitcoin a chuté d’environ 60 % au cours de la dernière année. Comparé à la plupart des altcoins, ce pourcentage n’est pas trop mal. Le sentiment actuel sur le marché de la cryptographie peut être qualifié de dramatique et cela se reflète dans diverses études qui ont été publiées ces derniers temps. Par exemple, vous avez pu lire récemment dans les actualités Bitcoin que seuls 8% des Américains voient la crypto de manière positive.

Crypto trop risqué

Une enquête de CNBC a révélé que 60% des Américains considèrent qu’investir dans la cryptographie est très risqué. En août 2021, alors que le prix du bitcoin oscillait encore autour de 50 000 dollars, ce pourcentage n’était que de 45 %. De plus, 26% pensent qu’investir dans le bitcoin et les altcoins comporte un risque « modéré ». Seuls 5% considèrent que le profil de risque est « faible » et 5% estiment également qu’il ne comporte aucun risque.

Le fait que ce pourcentage ait diminué de quinze points de pourcentage est, bien sûr, entièrement dû au marché baissier actuel. La peur qui prévaut sur le marché pousse apparemment les gens à considérer les actifs numériques comme plus risqués.

Les Américains achètent toujours de la crypto

Malgré le fait que les Américains perçoivent l’investissement dans les crypto-monnaies comme plus risqué, cela ne semble pas affecter le comportement d’investissement. Dans l’enquête, 10% ont indiqué qu’ils investissaient dans des crypto-monnaies, à peu près comme en août 2021 (11%).

À lire  Les Emirats voient le bitcoin et la crypto comme l’avenir du trading

Les monnaies numériques semblent être les plus populaires auprès des milléniaux (37 – 51 ans), avec 15 % investissant dans la nouvelle classe d’actifs. Ce pourcentage était beaucoup plus faible pour les autres générations : 12 % de la génération Z (7 – 21 ans), 12 % de la génération X (52 – 66 ans), 4 % des les baby-boomers (67 – 83 ans) et 3 % de la génération silencieuse (82 – 92 ans).


Publié

dans

par

Étiquettes :

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *